À parler de ce que l’on connaît le mieux, on risque de ne parler que de soi.
À parler de ce que l’on connaît moins bien, on risque de passer pour un sot.
À ne point parler, le risque est pire : celui d’entendre les autres parler d’eux.