A parler de ce que l’on connaît le mieux, on risque de ne parler que de soi.